Giorgio De Chirico

Volos 1888 – Rome 1978

Giorgio de Chirico est né en 1888 à Volos en Grèce. Ses parents étaient tous deux italiens. Dès sa plus tendre enfance, il montre des dons innés pour le dessin. Aussi, il suit un enseignement sur le dessin puis la peinture à l’Ecole polytechnique d’Athènes. Entre 1906 à 1908, il étudie à l’Académie des Beaux-Arts de Munich où il découvre des philosophes tels que Nietzsche et Schopenhauer. Ces lectures poussent de Chirico à produire ses premiers autoportraits et paysages métaphysiques.

De 1911 à 1915, il s’installe et travaille à Paris où il rencontre les avant-gardes. Dès 1913, fasciné et surpris par son univers, Guillaume Apollinaire introduit l’artiste dans son cercle d’amis et lui présente Pablo Picasso, André Derain, Max Jacob, Georges Braque, Francis Picabia mais surtout André Breton.

Sa première exposition personnelle est organisée en 1919. Les artistes surréalistes seront très sensibles à sa « peinture métaphysique » qui préfigure celle de leur mouvement. Une peinture qui va au delà des choses physiques, au-delà de ce que l’on voit, de ce qui est tangible, de ce qui tombe sous nos sens ; de Chirico crée une œuvre où règne un climat de mystère nostalgique. De Chirico se joue des apparences pour nous transporter dans un monde où règne l’imaginaire et l’onirisme. Il place l’énigme au centre de ces œuvres tout au long de sa carrière.

A partir des années 1920, l’artiste utilise une facture plus classique et des techniques reprises des maîtres anciens. Il vit de nouveau à Paris entre 1924 et 1929. En 1926, il rejoint le mouvement du Novecento qui prend position contre le modernisme ; il sera critiqué et beaucoup de ses relations artistiques lui tourneront désormais le dos.

Dans les années 1940, il revient vers une peinture titanesque en faisant référence à Véronèse mais toujours avec une certaine ironie, un certain humour, il se représentera lui même en peintre ou encore en toréador. Ces œuvres tardives lui ont valu d’être totalement renié par les surréalistes.

Giorgio de Chirico décède en 1978 à Rome.

Giorgio de Chirico est né en 1888 à Volos en Grèce. Ses parents étaient tous deux italiens. Dès sa plus tendre enfance, il montre des dons innés pour le dessin. Aussi, il suit un enseignement sur le dessin puis la peinture à l’Ecole polytechnique d’Athènes. Entre 1906 à 1908, il étudie à l’Académie des Beaux-Arts de Munich où il découvre des philosophes tels que Nietzsche et Schopenhauer. Ces lectures poussent de Chirico à produire ses premiers autoportraits et paysages métaphysiques.

De 1911 à 1915, il s’installe et travaille à Paris où il rencontre les avant-gardes. Dès 1913, fasciné et surpris par son univers, Guillaume Apollinaire introduit l’artiste dans son cercle d’amis et lui présente Pablo Picasso, André Derain, Max Jacob, Georges Braque, Francis Picabia mais surtout André Breton.

Sa première exposition personnelle est organisée en 1919. Les artistes surréalistes seront très sensibles à sa « peinture métaphysique » qui préfigure celle de leur mouvement. Une peinture qui va au delà des choses physiques, au-delà de ce que l’on voit, de ce qui est tangible, de ce qui tombe sous nos sens ; de Chirico crée une œuvre où règne un climat de mystère nostalgique. De Chirico se joue des apparences pour nous transporter dans un monde où règne l’imaginaire et l’onirisme. Il place l’énigme au centre de ces œuvres tout au long de sa carrière.

A partir des années 1920, l’artiste utilise une facture plus classique et des techniques reprises des maîtres anciens. Il vit de nouveau à Paris entre 1924 et 1929. En 1926, il rejoint le mouvement du Novecento qui prend position contre le modernisme ; il sera critiqué et beaucoup de ses relations artistiques lui tourneront désormais le dos.

Dans les années 1940, il revient vers une peinture titanesque en faisant référence à Véronèse mais toujours avec une certaine ironie, un certain humour, il se représentera lui même en peintre ou encore en toréador. Ces œuvres tardives lui ont valu d’être totalement renié par les surréalistes.

Giorgio de Chirico décède en 1978 à Rome.

  • L'addio dell'amico che parte all'amico che rimane, 1950, huile sur toile, 40 x 50 cm

L'addio dell'amico che parte all'amico che rimane, 1950, huile sur toile, 40 x 50 cm

Revenir à la liste



fleche-avenir fleche-passe