Emilio Vedova

Venise 1919 – Venise 2006

Emilio Vedova est né à Venise en 1919 et son parcours sera tout au long de son existence celui d'un artiste autodidacte.

Dès le début de sa carrière, le thème principal de son œuvre est la condition désespérée de l’homme dans un monde d’agressivité et d’injustice sociale. Les premières œuvres qu’il réalise entre 1935 et 1939 montrent clairement que l’abstraction de l’artiste a peu en commun avec l’improvisation et l’automatisme typique de l’art informel.

Après la Seconde guerre mondiale, son activité reflète la violence du débat entre réalisme et abstraction qui avait lieu en Italie ; c'est alors, sous la profonde influence des Futuristes et de Picasso, que Vedova arrive à la réalisation d’un signe âpre et violent, toujours gouverné par le noir. Il conçoit alors une série d’œuvres appelées Géométries noires, Explosion, Bataille, Europe et Camp de concentration où le choix des titres montre et appuie leur contenu identitaire de révolte politique et de dénonciation. À la suite, pendant les années 1950, il produisit les séries appelées Cycle de protestation, Cycle de la nature et Cycle pour le Brésil atteignant ainsi le sommet de l’art informel italien.

C'est à partir de ce moment que Vedova développa le style spontané et gestuel pour lequel il est reconnu aujourd’hui : derrière le chaos apparent l’artiste crée un espace très structuré, composé de différents plans, de lignes et de signes fortement identifiables tels les croix, les triangles, les cercles, et l'écriture. Enfin, dans les années 1960, Vedova s’engage dans une nouvelle direction qui l’emmène vers les Plurimi : des constructions peintes en relation avec l’espace environnant; puis il passe de l’hallucinant blanc-noir des Plurimi aux imposantes toiles des années 1980 dont le geste violent et décidé reflète le drame de la condition humaine, donnant une signification plus âpre, de dénonciation et de protestation morale.

Aujourd'hui Vedova fait l'objet d'un musée privé à Venise, à coté de la collection Pinault à la Pointe de la Douane, dans un espace spécialement conçu pour ses œuvres par l'architecte Renzo Piano.

Emilio Vedova est né à Venise en 1919 et son parcours sera tout au long de son existence celui d'un artiste autodidacte.

Dès le début de sa carrière, le thème principal de son œuvre est la condition désespérée de l’homme dans un monde d’agressivité et d’injustice sociale. Les premières œuvres qu’il réalise entre 1935 et 1939 montrent clairement que l’abstraction de l’artiste a peu en commun avec l’improvisation et l’automatisme typique de l’art informel.

Après la Seconde guerre mondiale, son activité reflète la violence du débat entre réalisme et abstraction qui avait lieu en Italie ; c'est alors, sous la profonde influence des Futuristes et de Picasso, que Vedova arrive à la réalisation d’un signe âpre et violent, toujours gouverné par le noir. Il conçoit alors une série d’œuvres appelées Géométries noires, Explosion, Bataille, Europe et Camp de concentration où le choix des titres montre et appuie leur contenu identitaire de révolte politique et de dénonciation. À la suite, pendant les années 1950, il produisit les séries appelées Cycle de protestation, Cycle de la nature et Cycle pour le Brésil atteignant ainsi le sommet de l’art informel italien.

C'est à partir de ce moment que Vedova développa le style spontané et gestuel pour lequel il est reconnu aujourd’hui : derrière le chaos apparent l’artiste crée un espace très structuré, composé de différents plans, de lignes et de signes fortement identifiables tels les croix, les triangles, les cercles, et l'écriture. Enfin, dans les années 1960, Vedova s’engage dans une nouvelle direction qui l’emmène vers les Plurimi : des constructions peintes en relation avec l’espace environnant; puis il passe de l’hallucinant blanc-noir des Plurimi aux imposantes toiles des années 1980 dont le geste violent et décidé reflète le drame de la condition humaine, donnant une signification plus âpre, de dénonciation et de protestation morale.

Aujourd'hui Vedova fait l'objet d'un musée privé à Venise, à coté de la collection Pinault à la Pointe de la Douane, dans un espace spécialement conçu pour ses œuvres par l'architecte Renzo Piano.

  • Berlin, 1963-1964, techniques mixtes,  106 x 106 cm

Berlin, 1963-1964, techniques mixtes, 106 x 106 cm

Revenir à la liste



fleche-avenir fleche-passe