Hans Hartung

Leipzig 1904 – Antibes 1989

Hans Hartung, né le 21 septembre 1904 à Leipzig, est un peintre français d'origine allemande et l'un des plus grands représentants de l'art abstrait. Au début des années 1920, Hans Hartung vit à Dresde en Allemagne. C'est l'époque du mouvement expressionniste Die Brücke avec Ernest Ludwig Kirchner et Erich Heckel entre autres. Très attiré par la nature et la religion, Hartung s’enthousiasme pour Rembrandt, Goya, Franz Hals, le Greco puis, en 1921 et 1922, pour Corinth, Slevogt et les expressionnistes allemands, en particulier pour Oskar Kokoschka et Emil Nolde.
En copiant certaines œuvres comme le Tres de Mayo de Goya, l'artiste supprime progressivement l’image pour ne plus laisser apparaître qu’un jeu de tâches et de tensions. Il découvre aussi l'aquarelle en 1922, avec l'utilisation des couleurs à l'aniline, un procédé chimique qui donne des couleurs beaucoup plus intenses.
L'œuvre abstraite d'Hartung découle rapidement de la fascination qu'il a pour ces couleurs posées les unes à côté des autres, selon des rythmes, des densités, des gestes, des superpositions qui permettent aux formes de se mêler, de se dissoudre, de disparaître sur le papier.
Un souci constant d’expérimentation caractérise sa pratique artistique, ce qui le mène à partir des années 1960 à faire usage de nombreux outils, tels les pistolets, stylets, larges brosses et rouleaux, pour "agir sur la toile", renouvelant ainsi sa conception de l’acte de peindre. C’est le début d’une nouvelle période dans son œuvre avec des grattages dans la peinture encore fraîche.
Il décède le 7 décembre 1989 à Antibes.

Hans Hartung, né le 21 septembre 1904 à Leipzig, est un peintre français d'origine allemande et l'un des plus grands représentants de l'art abstrait. Au début des années 1920, Hans Hartung vit à Dresde en Allemagne. C'est l'époque du mouvement expressionniste Die Brücke avec Ernest Ludwig Kirchner et Erich Heckel entre autres. Très attiré par la nature et la religion, Hartung s’enthousiasme pour Rembrandt, Goya, Franz Hals, le Greco puis, en 1921 et 1922, pour Corinth, Slevogt et les expressionnistes allemands, en particulier pour Oskar Kokoschka et Emil Nolde.
En copiant certaines œuvres comme le Tres de Mayo de Goya, l'artiste supprime progressivement l’image pour ne plus laisser apparaître qu’un jeu de tâches et de tensions. Il découvre aussi l'aquarelle en 1922, avec l'utilisation des couleurs à l'aniline, un procédé chimique qui donne des couleurs beaucoup plus intenses.
L'œuvre abstraite d'Hartung découle rapidement de la fascination qu'il a pour ces couleurs posées les unes à côté des autres, selon des rythmes, des densités, des gestes, des superpositions qui permettent aux formes de se mêler, de se dissoudre, de disparaître sur le papier.
Un souci constant d’expérimentation caractérise sa pratique artistique, ce qui le mène à partir des années 1960 à faire usage de nombreux outils, tels les pistolets, stylets, larges brosses et rouleaux, pour "agir sur la toile", renouvelant ainsi sa conception de l’acte de peindre. C’est le début d’une nouvelle période dans son œuvre avec des grattages dans la peinture encore fraîche.
Il décède le 7 décembre 1989 à Antibes.

  • Sans titre, 1952, pastel sur papier pressé,  48x71 cm

Sans titre, 1952, pastel sur papier pressé, 48x71 cm

Revenir à la liste



fleche-avenir fleche-passe