Salvatore Scarpitta

1919 - 2007, New York

Salvatore Scarpitta est né en 1919 à Manhattan, New York, d’une mère actrice d’origine russe et d’un père sculpteur d’origine sicilienne.
Après ses études secondaires, il quitte les Etats-Unis pour vivre en Sicile puis à Rome de 1936 à 1958 où il est diplômé de l’Académie des Beaux Arts. Après la guerre, pendant laquelle il sert dans l’U.S. Navy, il reste en Italie jusqu’en 1958, année où il se rapproche du galeriste Leo Castelli.

En décembre 1958 Scarpitta rentre à New York et en janvier 1959 la galerie Leo Castelli organise sa première exposition personnelle aux Etats-Unis intitulée « Salvatore Scarpitta - Extramurals ». De 1959 à 1992, la galerie Leo Castelli lui dédie dix expositions personnelles ainsi que de multiples expositions collectives. Il devient un membre connu de la scène artistique d’avant-garde new-yorkaise.

C’est en 1964 que Scarpitta commence à introduire dans ses œuvres des objets du monde de l’automobile et de la course comme des ceintures, harnais, tuyaux d’échappement, etc., en les collant sur ses toiles. « Quand j’étais jeune, je trainais autour des garages en Californie et j’étais en extase. J’adorais les odeurs, les bruits, chaque petit détail de ce monde. (...) J’admirais les pilotes et les courses à l’époque. La première fois que j’ai peint, c’était les numéros d’amis pilotes qui me laissaient peindre sur leurs voitures brillantes et multicolores. » (Salvatore Scarpitta dans une interview avec Barbara Snyder pour A Journal of artist, 1986).

Ces expériences et souvenirs créés sur les pistes de course deviennent d’une importance fondamentale dans la vie de l’artiste et ont une grande influence sur son art. La recherche et le travail de Scarpitta sur les voitures atteint des sommets avec deux expositions organisées à la galerie Leo Castelli en 1965 et au Leo Castelli Warehouse en 1969.

En 1970, inspiré de ses souvenirs d’enfance (contrairement aux voitures de courses inspirées de son adolescence), Scarpitta travaille sur les luges construites avec des objets trouvés tels que des chaises, des crosses de hockey et des arbres de Noël, également enveloppés, enveloppés de ses fameux ‘bendati’.

De 1965 à 2001, Scarpitta enseigne au Maryland Institute College of Art à Baltimore. Il décède le 10 avril 2007, chez lui, à Manhattan.

Salvatore Scarpitta est né en 1919 à Manhattan, New York, d’une mère actrice d’origine russe et d’un père sculpteur d’origine sicilienne.
Après ses études secondaires, il quitte les Etats-Unis pour vivre en Sicile puis à Rome de 1936 à 1958 où il est diplômé de l’Académie des Beaux Arts. Après la guerre, pendant laquelle il sert dans l’U.S. Navy, il reste en Italie jusqu’en 1958, année où il se rapproche du galeriste Leo Castelli.

En décembre 1958 Scarpitta rentre à New York et en janvier 1959 la galerie Leo Castelli organise sa première exposition personnelle aux Etats-Unis intitulée « Salvatore Scarpitta - Extramurals ». De 1959 à 1992, la galerie Leo Castelli lui dédie dix expositions personnelles ainsi que de multiples expositions collectives. Il devient un membre connu de la scène artistique d’avant-garde new-yorkaise.

C’est en 1964 que Scarpitta commence à introduire dans ses œuvres des objets du monde de l’automobile et de la course comme des ceintures, harnais, tuyaux d’échappement, etc., en les collant sur ses toiles. « Quand j’étais jeune, je trainais autour des garages en Californie et j’étais en extase. J’adorais les odeurs, les bruits, chaque petit détail de ce monde. (...) J’admirais les pilotes et les courses à l’époque. La première fois que j’ai peint, c’était les numéros d’amis pilotes qui me laissaient peindre sur leurs voitures brillantes et multicolores. » (Salvatore Scarpitta dans une interview avec Barbara Snyder pour A Journal of artist, 1986).

Ces expériences et souvenirs créés sur les pistes de course deviennent d’une importance fondamentale dans la vie de l’artiste et ont une grande influence sur son art. La recherche et le travail de Scarpitta sur les voitures atteint des sommets avec deux expositions organisées à la galerie Leo Castelli en 1965 et au Leo Castelli Warehouse en 1969.

En 1970, inspiré de ses souvenirs d’enfance (contrairement aux voitures de courses inspirées de son adolescence), Scarpitta travaille sur les luges construites avec des objets trouvés tels que des chaises, des crosses de hockey et des arbres de Noël, également enveloppés, enveloppés de ses fameux ‘bendati’.

De 1965 à 2001, Scarpitta enseigne au Maryland Institute College of Art à Baltimore. Il décède le 10 avril 2007, chez lui, à Manhattan.

  • Salvatore Scarpitta, Bunker Signal (Bunker Signal 2), 1961, bandages, bois et technique mixte sur plateau, cm 49 x 63.7, Courtesy Tornabuoni Art

Salvatore Scarpitta, Bunker Signal (Bunker Signal 2), 1961, bandages, bois et technique mixte sur plateau, cm 49 x 63.7, Courtesy Tornabuoni Art

Revenir à la liste



fleche-avenir fleche-passe